Mythe de la féminisation de la magistrature source de laxisme judiciaire

Résumé du mythe

Le mythe de la féminisation de la magistrature source de laxisme judiciaire est la croyance selon laquelle les femmes seraient moins sévères que les hommes et que leur sur-représentation dans la magistrature de certains pays occidentaux aurait provoqué le développement du laxisme judiciaire. Il est un des mythes qui composent le vaste mythe de la féminisation comme source de la dédadence occidentale.

Fonction du mythe

  • Faire diversion pour cacher les vrais responsables du laxisme judiciaire
  • Faire croire que donner aux femmes les mêmes droits que les hommes provoque l’effondrement de notre civilisation
  • Faire croire à un complot féministe responsable de la plupart des maux de l’Occident. Ce complotisme a l’avantage pour ses propagateurs d’être beaucoup moins risqué que l’antisémitisme. Le complotisme antiféministe est bien souvent la vitrine publique de mouvements qui tiennent des propos similaires sur les juifs, mais seulement en privé.

Principaux mensonges supports du mythe

  • Mensonge des femmes naturellement moins sévères que les hommes et davantage gouvernées par leurs émotions, se laissant attendrir par les délinquants.
  • Mensonge du laxisme judiciaire causé par la féminisation de la magistrature
  • Mensonge du complot féministe pour féminiser de force la magistrature et ainsi assurer la domination des vagins sur la société

Débunkage du mythe

  • Mensonge des femmes naturellement moins sévères que les hommes. Les femmes ne sont pas plus « laxistes » que les hommes et aucune étude n’a mis en évidence de différence significative de sévérité selon le sexe du juge. Certains avocats accusent pour leur part les femmes juges d’être … plus sévères que les hommes. « Les femmes ont un côté implacable, sans complaisance, ne laissant aucune place à la triche lorsque les faits sont avérés », déclare par exemple l’avocat pénaliste Vincent Nioré 1https://www.lepoint.fr/editos-du-point/laurence-neuer/justice-les-femmes-sont-elles-des-juges-comme-les-autres-25-02-2012-1435061_56.php
  • Mensonge du laxisme judiciaire causé par la féminisation de la magistrature. Ce ne sont pas les femmes magistrates qui sont responsables de l’évolution du droit et notamment de la mise en place des aménagements de peine. C’est par rexemple Nicolas Sarkozy qui a institutionnalisé la procédure de correctionnalisation des viols, c’est-à-dire le fait de juger le crime de viol comme un délit d’agression sexuelle, pour désengorger les cours d’assise 2https://lacorrectionnalisationduviol.wordpress.com/quand-sarko-a-pense-a-faire-du-viol-un-delit/
  • Mensonge du complot féministe pour féminiser de force la magistrature. La féminisation de la magistrature n’est nullement due à un quelconque complot féministe, mais à un désintérêt masculin croissant pour la magistrature. Les femmes sont tout simplement plus nombreuses que les hommes à se présenter au concours. Les hommes se détournent des études de droit, ils ne représentent plus que 40% des étudiants en droits en France. 72% des hommes étudiants en quatrième année de droit déclarent préférer le métier d’avocat à celui de juge 3https://www.courdecassation.fr/IMG///Enqu%C3%AAte%20avec%20ITW%20F.%20Molins%20sjg1909.pdf. Les féministes se sont historiquement battues contre la ségrégation sexuelle qui interdisait aux femmes l’accès à la fonction de juge et plus généralement l’accès aux professions juridiques. Mais les féministes n’ont jamais milité pour que les hommes deviennent minoritaires dans la magistrature. D’ailleurs, nombreuses sont les féministes qui réclament simplement la parité. Isabelle Rome, haute fonctionnaire à l’égalité femmes-hommes au ministère de la Justice, a annoncé en 2019 sa volonté d’inciter les hommes à s’engager dans la magistrature 4https://www.courdecassation.fr/IMG///Enqu%C3%AAte%20avec%20ITW%20F.%20Molins%20sjg1909.pdf
  • La vision de la féminisation de la justice comme « prise de pouvoir des femmes » est à relativiser. Si les femmes représentent en France 80% des diplômés de l’Ecole Nationale de Magistrature, elles n’occupent en revanche que 30% des échelons les plus élevés 5https://www.lemonde.fr/societe/article/2012/06/07/la-feminisation-de-la-magistrature-n-atteint-pas-les-plus-hauts-postes_1713790_3224.html. Ce sont les postes les moins prestigieux qui sont les plus féminisés : 84% des effectifs des greffes sont féminins 6https://www.ouest-france.fr/societe/egalite-hommes-femmes/la-magistrature-metier-en-quete-de-mixite-6579161.

 

Télécharger PDF Télécharger PDF

Notes et références

Notes et références
1 https://www.lepoint.fr/editos-du-point/laurence-neuer/justice-les-femmes-sont-elles-des-juges-comme-les-autres-25-02-2012-1435061_56.php
2 https://lacorrectionnalisationduviol.wordpress.com/quand-sarko-a-pense-a-faire-du-viol-un-delit/
3 https://www.courdecassation.fr/IMG///Enqu%C3%AAte%20avec%20ITW%20F.%20Molins%20sjg1909.pdf
4 https://www.courdecassation.fr/IMG///Enqu%C3%AAte%20avec%20ITW%20F.%20Molins%20sjg1909.pdf
5 https://www.lemonde.fr/societe/article/2012/06/07/la-feminisation-de-la-magistrature-n-atteint-pas-les-plus-hauts-postes_1713790_3224.html
6 https://www.ouest-france.fr/societe/egalite-hommes-femmes/la-magistrature-metier-en-quete-de-mixite-6579161
Barre latérale