Inclusivité excluante

L’inclusivité excluante est un dysfonctionnement des organisations politiques consistant à exclure la majorité de la population que l’on prétend défendre. Une organisation féministe est touchée par le phénomène d’inclusivité excluante lorsque l’inclusion d’une minorité par cette organisation implique de fait l’exclusion de la majorité des femmes.

Exemples d’inclusivité excluante dans des mouvements féministes

En France, où la quasi-totalité de la population est islamophobe à des degrés divers et où la laïcité est un principe sacré, la prohibition progressive de l’islamophobie dans les organisations féministes à partir des années 2000 a permis à la minorité de femmes voilées de se sentir mieux accueillies dans les organisations féministes, mais aboutit à exclure plus de 90% des femmes françaises hors du féminisme.

Aux États-Unis, le Planning Familial, organisation initialement très anti-catholique, 1Solveig Mineo, « Il est temps que les fausses féministes rendent des comptes », Bellica, (lire en ligne) a peu à peu renoncé à énoncer toute critique publique du christianisme, allant même jusqu’à cesser de nommer le christianisme dans ses communiqués dénonçant diverses mesures d’entrave au droit à l’avortement menée par le lobby chrétien. Cette auto-censure procède d’une dépendance à la gauche et de pressions des lobbies œcuméniques réclamant que les organisations féministes évitent toute parole pouvant offenser musulmans, chrétiens, juifs ou tout autres membres de religions misogynes. Pourtant, en parallèle, la population américaine ne cesse de se déchristianiser et d’exprimer un rejet croissant de l’emprise des religions sur la vie politique et les droits des individus.

Les causes de l’inclusivité excluante

    • la dépendance organisationnelle
    • le chantage caporalique
    • la prise en otage sinistriste du féminisme
    • la sinistrisation de la vie publique
    • le processus de substitution prolétarienne
    • le lobbying œcuménique
    • le dogme de la convergence des luttes qui développe la croyance en l’interchangeabilité des luttesSi je fais quelque chose pour l’antiracisme, je fais avancer la cause féministe. » / « Si j’arrête de manger de la viande, je mets à mal le patriarcat. » / «Si je cesse d’attaquer les religions misogynes, je fais un geste pour l’inclusivité, et donc pour le féminisme. »)
Télécharger PDF Télécharger PDF

Notes et références

Notes et références
1 Solveig Mineo, « Il est temps que les fausses féministes rendent des comptes », Bellica, (lire en ligne)
Barre latérale