Fausse promesse patriarcale de protection

La fausse promesse patriarcale de protection est une tactique misogyne conservatrice de manipulation des femmes visant à obtenir leur soumission au patriarcat, à la culture du viol, et à les tenir éloignées du féminisme, en leur faisant la fausse promesse suivante : « renonce à tes droits, soumets-toi au pouvoir masculin, et nous, les hommes, nous te protégerons contre les violences des autres hommes. »

Description

La fausse promesse patriarcale de protection est intimement liée au mythe du protectorat patriarcal et au mythe du féminisme ennemi des femmes. Cette promesse est évidemment illusoire, puisqu’elle consiste à s’en remettre à la bienveillance d’une figure tutélaire bénéficiant des pleins pouvoirs. Un pouvoir masculin sans contrepouvoir féministe amène fatalement pléthore d’abus de pouvoir masculin sans aucun recours possible. De plus, une part considérable des violences contre les femmes s’exerce au sein de la sphère domestique, dans la famille, dans le couple : bref, elles sont souvent exercées par le prétendu « protecteur ».

La théoricienne féministe Andrea Dworkin décrit le phénomène en ces termes :

« De la maison du père à la maison du mari et jusqu’à la tombe qui risque encore de ne pas être la sienne, une femme acquiesce à l’autorité masculine, dans l’espoir d’une certaine protection contre la violence masculine. Elle se conforme, pour se mettre à l’abri dans la mesure du possible. C’est parfois une conformité léthargique, en quel cas les exigences masculines la circonviennent progressivement, comme une enterrée vive dans un conte d’Edgar Allan Poe. Et c’est parfois une conformité militante. Elle sauvera sa peau en se démontrant loyale, obéissante, utile et même fanatique au service des hommes qui l’entourent. […]. Quelles que soient les valeurs ambiantes, elle les incarnera avec une fidélité sans faille. Les hommes respectent rarement leur part du marché tel qu’elle l’entend : la protéger contre la violence masculine. » 1Noémie Renard, « Les femmes de droite, par Andrea Dworkin », Antisexisme.net, (lire en ligne)

Analyse féministe occidentaliste de la fausse promesse patriarcale de protection

Le féminisme occidentaliste considère qu’une des principales causes de survie politique de la fausse promesse patriarcale de protection à l’époque contemporaine est la dépendance organisationelle du féminisme à l’égard de la gauche déconstructionniste. La mainmise de la gauche déconstructionniste sur le féminisme a provoqué un phénomène d’ésotérisation d’accaparement qui pousse de nombreuses femmes à croire que le féminisme serait une aventure hasardeuse de déconstruction sociale qui offre certes des libertés nouvelles aux femmes, mais qui ne se soucie pas de leur sécurité au quotidien, tant dans l’espace domestique que dans le champ domestique, où la démission paternelle demeure une crainte lancinante.

Télécharger PDF Télécharger PDF

Notes et références

Notes et références
1 Noémie Renard, « Les femmes de droite, par Andrea Dworkin », Antisexisme.net, (lire en ligne)
Barre latérale