Extorsion périnatale

L’extorsion périnatale désigne l’ensemble des relégations, infériorisations, limitations, souffrances et obligations acceptées par les femmes par crainte d’être privées d’aide, de ressources ou de soutien lors de la période de vulnérabilité périnatale, c’est-à-dire entre le moment où la grossesse est sérieusement engagée et la retour de couches.

Origine du terme

Le terme d’extorsion périnatale appartient au corpus théorique du féminisme occidentaliste. Au sens strictement médical du terme, la périnatalité désigne la période qui s’étend de la 22e semaine d’aménorrhée au 7e jour révolu suivant la naissance. Dans l’expression « extorsion périnatale », l’adjectif « périnatal » est à entendre au sens étymologique du terme : « autour de la naissance ». On considèrera que la durée de la périnatalité varie fortement d’une situation à l’autre, et qu’elle inclut le postpartum (de la fin de l’accouchement jusqu’au retour de couches, aussi appelé puerpéralité).

Quant à l’extorsion, elle est généralement définie comme le fait « [d’]obtenir quelque chose de quelqu’un par la force, la menace, la ruse, les caresses ou tout autre moyen excluant le libre consentement d’autrui ».((Article « extorquer », cnrtl.fr, consulté le 13/04/2021)) Le Code pénal français définit l’extorsion comme « le fait d’obtenir par violence, menace de violences ou contrainte soit une signature, un engagement ou une renonciation, soit la révélation d’un secret, soit la remise de fonds, de valeurs ou d’un bien quelconque« 1Article 312-1 du Code pénal français (legifrance.gouv.fr)

Télécharger PDF Télécharger PDF

Notes et références

Notes et références
1 Article 312-1 du Code pénal français (legifrance.gouv.fr)
Barre latérale