Biais misogynes de l’evopsy

Les biais misogynes de l’evopsy sont l’ensemble des biais cognitifs imputables à une misogynie consciente ou inconsciente affectant la scientificité des recherches en psychologie évolutive.

Biais

  • Biais de confirmation
  • Biais monogamiste
  • Non-hiérarchisation des violences
  • Confusion entre corrélation et causalité
  • Confusion entre suggérer et prouver
  • Manque de mise en perspective historique et géographique
  • Sous-évaluation des déterminants sociaux. Des observations
  • Biais d’immunité à l’erreur et de la tâche aveugle. Négation des artefacts. Négation du conflit d’intérêt : les chercheurs et vulgarisateurs sont eux-mêmes des animaux sociaux et politiques. Un certain nombre d’entre eux a du mal à admettre que leur situation de juge et partie puisse affecter l’objectivité de leurs travaux.
  • Biais de congruence : les seules hypothèses explorées sont celles qui correspondent à un pannel prédéfini de croyances sur les hommes et les femmes.
  • Biais du faux dilemme : parce que A peut s’expliquer en partie par la nature, on en conclut que toute explication culturelle est invalide. On notera que ce faux dilemme se retrouve en sciences sociales, sous une forme inversée : parce qu’on peut fournir des explications culturelles à tel phénomène, on en conclut qu’aucun facteur naturel n’entre en compte.
  • Sensationnalisme

Préjugés et mythes

  • Mythe de l’Occident monogame versus Orient et Afrique polygames
  • Phobie des sciences sociales
  • Mythe des femmes plus violentes/jalouses/rivales que les hommes
  • Réductionnisme sexuel
  • Mythe de l’apolitisme : croyance qu’il suffit de rejeter le militantisme politique pour devenir vierge de toute idéologie politique

 

Télécharger PDF Télécharger PDF
Barre latérale